Audit structurel de l'ALG


AUTORITE DE DEVELOPPEMENT INTEGRE
DE LA REGION DU LIPTAKO-GOURMA 

 

RAPPORT DE L’ATELIER SOUS REGIONAL D’EXAMEN DU RAPPORT PROVISOIRE DE L’AUDIT STRUCTUREL ET DE L’AVANT PROJET DU TRAITE REVISE DE L’AUTORITE DE DEVELOPPEMENT INTEGRE DE LA REGION DU LIPTAKO-GOURMA

Ouagadougou, du 29 février au 03 mars 2016


Du 29 février au 03 mars 2016 s’est tenu à Ouagadougou dans la salle de Conférence de l’ALG, l’atelier sous-régional d’examen du rapport provisoire de l’audit structurel et de l’avant projet de traité révisé de l’ALG. En rappel, les Chefs d’Etat de l’ALG, lors de leur septième conférence ordinaire tenue le 24 novembre 2011, à Niamey en République du Niger ont décidé de l’élargissement de l’espace d’intervention de l’Institution à l’horizon 2015 à l’ensemble des territoires des Etats membres. Ils ont instruit le Conseil des Ministres à prendre des dispositions nécessaires découlant de cette transformation. C’est dans ce cadre qu’un audit structurel de l’ALG a été mené par le cabinet CIECAM.

Tous les représentants des États membres (le Burkina Faso, la République du Mali et la République du Niger) étaient présents à travers les correspondants nationaux, les représentants de leurs Assemblées Nationales, des Ministères chargés des Finances, des Affaires Etrangères et des Investissements.
Ont également participé à la réunion, la Direction Générale de l’ALG, les représentants de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest
(CEDEAO), de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), du Secrétariat Exécutif du Comité Permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS) et de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO).


La cérémonie d’ouverture a été marquée par une seule allocution, le discours d’ouverture du Directeur Général de l’ALG, Monsieur Saidou OUA.
Après avoir souhaité la chaleureuse bienvenue aux délégations de la République du Mali et de la République du Niger, venues prendre part à cet atelier et remercié les représentants des Partenaires Techniques et Financiers présents, le Directeur Général a rappelé que la rencontre rentre dans le cadre général des activités et réformes à entreprendre suite à la décision prise par la Conférence des Chefs d’Etat de l’ALG d’élargir les interventions de l’ALG à l’horizon 2015 à l’ensemble des territoires des Etats membres. Ladite décision a-t-il souligné fait suite à l’instruction qu’ils avaient donnée au Conseil des Ministres lors de la tenue de leur sixième Conférence ordinaire, tenue le 25 avril 2005 à Gao (République du Mali) de faire mener "une étude en vue de la transformation de l'ALG en un espace économique intégré couvrant les territoires des trois (3) Etats membres". Ladite étude, selon le Directeur Général de l’ALG a été réalisée avec l’appui technique et financier de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) et du Centre d'Analyse des Politiques Economiques et Sociales (CAPES).
Poursuivant son allocution, il a rappelé qu’à la suite de leur décision, les Chefs d’Etat ont instruit le Conseil des Ministres pour prendre toutes les dispositions nécessaires découlant de cette transformation et c’est en exécution de cette instruction que le Conseil des Ministres, à l’occasion de la tenue de sa 48ème Session ordinaire à Fada N’Gourma (Burkina Faso), le 29 décembre 2011, a commandité un audit structurel de l’ALG qui avait été réalisé courant 2013.


Tout en déplorant le retard accusé dans la réalisation de l’activité et la validation des résultats en raison de plusieurs contraintes, il a souligné qu’à l’occasion de la tenue de la 51ème Session ordinaire du Conseil des Ministres, le 27 décembre 2015 à Bamako, la Direction Générale de l’ALG a été instruite pour soumettre les résultats de l’audit au plus tard le 31 mars 2016.
Evoquant, les points inscrits à l’ordre du présent atelier, le Directeur Général de l’ALG a invité les participants à examiner avec perspicacité les documents et formuler des propositions pertinentes à l’attention du Conseil des Ministres afin de lui permettre de prendre des décisions éclairées.


Terminant son propos, il a adressé ses remerciements à tous ceux qui ont accompagné dès le début, l’ALG dans le processus de sa transformation et déclaré ouverts les travaux de l’atelier.

Après la cérémonie d’ouverture, l’atelier a mis en place un bureau de séance.La réunion a adopté son ordre du jour et son programme de travail.

Après l’exposé sur le rapport de l’audit, le Représentant du Cabinet, Monsieur Amadou Mathieu SOUGUE a fait un rappel des grandes lignes des termes de références de l’étude à savoir : les objectifs de l’étude ;les résultats attendus ; les tâches du Cabinet ; la méthodologie de travail; le résumé exécutif.
L’ensemble des missions assignées au Consultant a conduit à l’élaboration du présent rapport. Il ressort des conclusions de l’audit l’existence d’atouts et des contraintes sur lesquels les participants ont longuement discuté.
3Suite à ce diagnostic, le Cabinet a fait des recommandations et formulé des observations et amendements

Le traité révisé a été examiné article par article.
L’atelier a demandé au Consultant la prise en compte diligente de toutes les observations formulées.

L’ALG a porté à la connaissance des participants les chronogrammes indicatifs de mise en œuvre de deux instructions du dernier CM à savoir : la validation du rapport provisoire de l’audit structurel et de mise en œuvre des réformes de l’ALG ; l’élaboration d’une stratégie de communication de l’ALG.
Les participants en ont pris acte.
L’atelier a recommandé à la Direction Générale de l’ALG d’approfondir la réflexion sur le maintien ou non du contrôle externe des comptes par un commissaire aux comptes.