samedi, juillet 13, 2024
spot_img

HYDRAULIQUE

Les objectifs recherchés à travers la réalisation, à un coût raisonnable, d’infrastructures hydrauliques appropriées sont de :

  • fournir, en quantité suffisante, et aussi proche que possible des lieux d’habitation, de l’eau potable aux populations ;
  • contribuer au développement de l’irrigation, de l’élevage, de l’énergie hydro-électrique et de l’industrie ;
  • contribuer à la lutte contre la désertification.

 

Les axes prioritaires d’intervention à appliquer en vue d’atteindre ces objectifs, sont ainsi définis :  

  • évaluer les ressources en eau et planifier leur utilisation grâce notamment à la compilation des données, la réalisation d’études techniques et de plans directeurs prenant en compte l’approche par bassins versants ;
  • exploiter les nappes souterraines et aménager les cours d’eau saisonniers pour les besoins de l’approvisionnement en eau potable, de l’élevage et de la petite irrigation ;
  • contribuer à la réalisation de grands ouvrages régulateurs à buts multiples ;
  • exécuter des actions visant la conservation des eaux et des sols.

Les projets et programmes du secteur de l’hydraulique sont en phase de recherche de financement. Il s’agit notamment du :

 

  • Projet de Gestion Intégré des Ressources et Equipements Pastoraux dans l’espace transfrontalier du forage Christine

Le Projet vise « la gestion rationnelle et concertée des ressources pastorales dans l’espace transfrontalier du forage Christine en vue de promouvoir le développement des zones frontalières ».

Le programme doit contribuer à :

  • l’aménagement du terroir agropastoral par une implantation spatiale des équipements pastoraux concertée et raisonnée en fonction des spécificités de cet espace pastoral : (nouveaux points d’eau, des pistes et axes de transhumance, marchés, santé etc.) ;
  • l’amélioration de la santé animale et la santé publique vétérinaire dans l’espace du forage Christine ;
  • la pérennisation des investissements et des ressources et équipements pastoraux de l’espace sylvo-pastoral du forage Christine par la promotion de mécanismes et instruments de gestion concertés (cadre de concertation, participation, schéma d’aménagement).

Le coût global s’élève à 24 milliards 136 millions francs CFA, répartis comme suit :

  • Volet Burkina Faso : 11 103 millions FCFA                                                                      
  • Volet Mali : 6 516, 5 millions FCFA
  • Volet Niger : 6 516, 5 millions FCFA

 

  • Programme de Réhabilitation et de Réalisation d’Infrastructures d’Hydraulique Pastorale et d’Alimentation en Eau Potable autour des points d’eau de surface permanents

Le Programme vise à « Améliorer l’accès aux points d’eau par la réhabilitation des infrastructures d’hydraulique pastorale et la mise en place d’équipement en point d’eau moderne pour l’alimentation en eau potable des populations ».

Le coût global s’élève à 6 milliards 855 millions de francs CFA, répartis comme suit :

  1. Réhabilitation des infrastructures d’hydraulique pastorales : 4 325 millions F CFA
  2. Réalisation des infrastructures d’alimentation en eau potable : 1 632 millions F CFA
  3. Développement de capacités locales à la maîtrise d’ouvrage : 572 millions F CFA
  4. Renforcement de capacités institutionnelles : 100 millions F CFA
  5. Gestion et Suivi-évaluation : 326 millions F CFA

Le coût total des différentes phases du Programme Hydraulique ALG est évalué à plus de 36 milliards de FCFA.

 

La première phase d’un coût total d’environ 17,7 milliards de FCFA a été exécutée entre 1987 et 1991. Les bailleurs de fonds sont le Fonds Koweitien de Développement (subventions), le Fonds de l’OPEP, le Fonds Africain de Développement et la Banque Islamique de Développement. Sa mise en œuvre a intéressé la Région du Liptako-Gourma au Burkina Faso, au Mali et au Niger.

 

La seconde phase d’un coût d’environ 6,6 milliards de FCFA a été financée par la BOAD, les bénéficiaires et les Etats. Sa mise en œuvre a intéressé la Région du Liptako-Gourma au Burkina Faso et au Niger.

 

La troisième phase d’un coût de 4, 591 milliards de FCFA a été financée par la BOAD, les bénéficiaires et l’Etat burkinabé. Sa mise en œuvre a intéressé la Région du Liptako-Gourma au Burkina Faso.

 

La quatrième phase ou projet d’aménagement hydroagricole de l’ALG au Burkina Faso, phase 3 Extension, d’un coût de 8,771 milliards de FCFA a été financée par la BOAD, les bénéficiaires et l’Etat burkinabé. Sa mise en œuvre a intéressé la Région du Liptako-Gourma au Burkina Faso.

L’ensemble du Programme a donné les résultats suivants :

  • 931 puits et forages ont été exécutés,
  • 21 Mini adductions d’eau potable réalisées,
  • 14 mares ont été aménagées, 
  • 19 barrages réalisés (09 barrages neufs et 10 réhabilités), 
  • 894 ha de terre ont été aménagés,
  • 3 pistes aménagées (37 km ; 40 km ; et 4 km).

ENERGIE

Deux objectifs principaux sous-tendent la politique de développement dans ce secteur ; ce sont :

  • objectif social : permettre à la population, en majorité rurale, d’accéder à des conditions d’existence satisfaisantes (santé, eau potable…) et aux commodités de la vie moderne (éclairage, réfrigération, téléphone, télévision…) ;
  • objectif économique : favoriser le développement dans les domaines de l’agriculture, de l’industrie, du commerce et de l’artisanat.

 

La stratégie à mettre en œuvre pour atteindre ces objectifs comprend les axes d’intervention prioritaires suivants : 

1. Promotion des énergies renouvelables

  • évaluer les ressources et l’évolution des techniques ainsi que leurs coûts – efficacité ;
  • privilégier, quand cela est avantageux, l’utilisation des sources d’énergie renouvelables dans les programmes d’hydraulique, de création d’infrastructures sanitaires et scolaires ;
  • encourager la vulgarisation des techniques et matériels performants.

 

2. Promotion d’énergies de substitution aux combustibles ligneux

  • approfondir la recherche sur les gisements de schistes bitumineux et graphiteux, de tourbes, de lignites et de charbon et étudier les possibilités d’exploitation et de transformation des minerais à des fins énergétiques ;
  • encourager l’utilisation du gaz butane.

 

3. Electrification rurale

  • assurer une planification et élaborer des programmes s’appuyant sur une bonne connaissance de la demande ;
  • inciter et encourager les sociétés d’électricité ou les structures chargées de la gestion des systèmes d’électrification à aménager la tarification pour tenir compte de la capacité limitée d’investissement des familles rurales.

En cours de recherche de financements :

  • PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES DANS LA REGION DU LIPTAKO-GOURMA

L’objectif global du programme est de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations rurales. La réalisation de ces projets va favoriser l’accès des populations bénéficiaires, aux services énergétiques de base.

Les infrastructures à réaliser sont :

  • les mini-centrales solaires photovoltaïques ;
  • réalisation de kits solaires autonomes ;
  • réalisation de réseaux de distribution ;
  • les lampadaires solaires photovoltaïques (PV) pour l’éclairage public dans chaque localité.

Ces infrastructures contribueront à la production d’environ 32,35 GWh/an pour l’accès à l’électricité d’au moins 771 110 personnes.

Le coût global du programme est estimé à 74 704 777 276 de FCFA réparti comme suit :

  • Burkina Faso : 23 588 955 674 F CFA,    
  • Mali : 37 597 472 718 F CFA,
  • Niger : 13 518 348 884 F CFA.

Projet d’appui à l’électrification rurale par systèmes d’énergie renouvelable dans la Région du Liptako-Gourma

  • Montant Total du Financement : 8 197 963 USD
  • Bailleur(s) : ASDI
  • Période de Mise en œuvre : 2021-2024
  • Responsables de Mise en œuvre : UNOPS, PNUD, ALG
  • Zones d’intervention :

Niger : Wama, (commune de Dargol dans le département de Gothey, région de Tillaberi) ; Kobodey (commune de Fakara dans le département de Boboye, region de Dosso)

Mali : Yadianga et Pel Maoudé (commune de Koro, région de Bandiagara) ;

Burkina Faso : Ouâda traditionnel et Ouâda V1 (commune de Bané, Province du Boulgou, région du Centre Est).